Un merveilleux souper entre amoureux - Steven Bicknell

Mon blogue

Un merveilleux souper entre amoureux

Un merveilleux souper entre amoureux - Steven Bicknell

C’est gentil de sa part. Ma femme m’a concocté un savoureux plat de pâtes avec une salade, du pain à l’ail et comme dessert, un délicieux carré aux dattes. Bien sûr, ce n’est pas le genre de repas à déguster trop souvent, sinon on se retrouvera avec un peu d’embonpoint ! Mais, une fois de temps à autre, c’est bien de se gâter de la sorte. Et j’ai vraiment apprécié le geste qu’elle a posé en me faisant cette surprise.

On a ouvert le rideau exterieur balcon pour profiter du coucher de soleil. Oui, nous passons nos vacances dans un appartement de luxe au centre-ville de Vancouver. La vue est inspirante et très prenante : nous voyons clairement la chaîne de montagnes des Rocheuses ainsi que le Détroit de Georgia et la Mer Salish, qui séparent la grande métropole de l’île de Vancouver. C’est une région de toute beauté qui vaut la peine d’être vue au moins une fois dans sa vie. Je la recommande à tous les amants de la nature.

Mais ce soir, nous ne sortons pas. Pas de promenade prévue, à part peut-être une petite marche dans le quartier pour nous aider à digérer ce copieux repas. Puisque nous avons débouché une bouteille de vin italien, et qu’il y a de fortes chances qu’une deuxième suive par la suite, nous allons rester à l’intérieur pour regarder un bon film. Il y en a plusieurs que nous n’avons pas visionnés encore et qui nous tentent. Les documentaires sont nos préférés, mais après ce genre de bouffe, nous allons sûrement avoir envie de regarder une bonne comédie. Ça nous fera du bien de nous reposer un peu.

Nous nous asseyons à nos places respectives dans le salon, un verre de brandy aux cerises dans les mains. Nous revenons de notre marche de vingt minutes et nous nous sentons joyeux. Nous avons ri tout le long, car nous avons vu le chien de ceux qui habitent au coin, et il se met à tourner en rond quand il nous voit. Lorsque son maître est là, nous l’appelons et nous le flattons. Mais, cette fois-ci, il était bien enfermé dans la clôture de la cour arrière et on pouvait voir combien il voulait sortir pour courir autour de nous.

Mais, du moment où nous nous sommes assis, nous nous sommes endormis. La semaine a été difficile pour les deux, et le vin nous a donné sommeil. Le film attendra à demain !