L’importance de la bise - Steven Bicknell

Mon blogue

L’importance de la bise

L’importance de la bise - Steven Bicknell

Ce geste si simple, passe souvent naturellement chez les gens, comme prendre quelqu’un dans ses bras, ou exprimer n’importe quel geste d’affection. Pourtant, ce n’est pas aussi simple pour moi. J’ai toujours senti une certaine gêne à démontrer ce que j’éprouvais pour les autres, et c’était le cas, même pour exprimer ma reconnaissance.

Le plus difficile pour moi, était de faire la bise

Il s’agissait d’une marque d’affection beaucoup trop généreuse à mon avis. Depuis ma tendre enfance, je dressais autour de moi, une certaine barrière infranchissable pour tout le monde, hormis mes parents, bien sûr, et mon petit chat. Ils étaient les seuls à pouvoir accéder mon espace personnel. Pour moi, pénétrer dans ce cercle revient à entraver mon espace vital, et entrer dans ma zone de confort. Et vice-versa, donner une bise à quelqu’un me donnait l’occasion de sentir cette chaleur humaine si douce, mais aussi, si étrange. Elle me donnait des frissons à chaque fois. Toutes ces sensations bizarres me font abstenir de réaliser ce geste si facile, mais surtout, si expressif.

Des efforts réduits à néant

Je n’ai encore jamais ressenti de telles vibrations, comme ce jour-là. Après toutes ces années à franchir les différents caps de ma vie en gardant une certaine distance par rapport à mes amis, et en étant casanier. Le mur que j’ai bâti avec des années d’effort et de courage, s’est écroulé en un tiers de seconde. J’ai traversé toute mon enfance à l’abri des situations embarrassantes, car j’ai toujours réussi à esquiver les séances de bises, les contacts plus intimes, et tout ce qui peut être chaleureux.

Ce qui m’a fait changer d’avis

Je l’ai embrassé, ou serré contre moi ? Je ne sais pas. Mais malgré tous mes efforts, je n’ai rien pu faire ce jour-là. Elle était si près de moi. Nos joues s’étaient rapprochées si soudainement. Je me suis plaqué contre elle, tellement, que j’ai failli sentit son cœur battre à tout rompre. Tout est arrivé si vite, que je n’ai rien pu faire. En sortant d’une exposition sur les prodiges de la médecine esthétique, j’étais pressé de rentrer pour ne pas rater un match de hockey disputé par mon équipe favorite. Je marchais nonchalamment, mais à pas rapide, sans lever la tête, et tout en boutonnant mon blouson, que je tombais nez à nez avec elle. Elle sentait si bon. À peine, j’ai relevé ma tête, que j’ai entendu sa douce voix s’excuser. Mon visage a effleuré le sien, j’avais passé mes mains sur ses hanches, sans même m’en rendre compte. Son sourire a tout changé. Je rougis, mon cœur battait si fort, qu’il allait traverser mes poumons. Je ne m’étais jamais senti aussi bien en faisant une bise à quelqu’un, même si ce n’était qu’un accident. Depuis cet accident, je n’ai plus redouté les contacts humains, sauf pour quelques-uns, bien sûr.