Beaucoup d'organisation, pour peu ! - Steven Bicknell

Mon blogue

Beaucoup d'organisation, pour peu !

Beaucoup d'organisation, pour peu ! - Steven Bicknell

J’allais dehors pour regarder le travail effectué par l'entreprise de remplacement toiture vaudreuil-dorion que j'avais engagé, et je m’apprêtais à fermer ma porte, quand j’ai entendu mon téléphone sonner. Heureusement que Michel m’a appelé, car j’allais m’en aller sans avoir de moyen de communication. Mon ami avait besoin de mon aide pour déplacer son divan. Une nouvelle table de salon arrivait, mais il n’avait pas encore eu le temps de pousser les meubles, et de les disposer autrement. Sans cette intervention, la nouvelle table ne rentrerait pas dans la pièce. Je devais sortir pour aller voir Ghislaine, mais je lui envoyé un message pour lui expliquer la situation qui se présentait à moi. Elle a tout de suite émis l’idée qu’elle pourrait venir, et participer à ce petit déménagement. J’avais été touché par sa gentillesse et j’ai accepté son aide, non sans en informer mon ami. Il fut heureux de cette aide inattendue et bienvenue.

Deux bras de plus ne seraient pas de trop, comme il me le précisa lorsqu’il me renvoya un message pour me donner quelques instructions. Je devais stationner mon auto sur une place inhabituelle, car le livreur devait pouvoir rester devant l’entrée de la propriété, sans gêner la circulation de la rue. Comme j’avais eu des nouvelles de Noémie, qui avait été contactée par une agence de placement, j’ai profité de ma venue chez Michel pour lui demander l’adresse électronique de sa fille. Je voulais envoyer un message de félicitations, et aussi, quelques recommandations. Je suis passé prendre Ghislaine à son appartement, et nous avons parlé de la possibilité qu’elle héberge ma cousine, pendant quelques semaines. Cette cousine avait des interventions médicales mineures de prévus dans une clinique proche du domicile de mon amie.

Un arrangement fut promptement trouvé, car j’ai mis les deux femmes en relation. Pendant que nous menions cette conversation, j’avais entendu mon téléphone sonner à plusieurs reprises. Comme je ne pouvais pas demander à ma passagère de lire mes messages, puisqu’elle-même était occupée avec ma cousine, j’ai décidé de remettre leur lecture à plus tard. Je n’aurais pas dû procéder de cette façon, car Michel tentait désespérément de m’appeler pour me dire de ne pas venir. Plus aucune place de stationnement n’était disponible. J’ai donc tourné pendant dix minutes avant de pouvoir stationner mon véhicule. Une marche à pied de cinq minutes nous séparait du domicile de notre ami. Nous avons pressé le pas, car une pluie fine commença à tomber.